Parau Pa'ari

Mercredi 1 octobre 2008 3 01 /10 /Oct /2008 09:41

Te parau o Hina

Ua ta'i hani te vivo i te 'otu'e ra o Rere a Manu


Hiti te Rä i ni'a ia Tahiti nui


Mau Te Unu o Tatutu Vahine


Nänä to'u mata i ni'a ia Tohi'e'a


Marü te miti i te ava ra o Tü'öuo

Tapa'o fa'a'ite e

Ua putuputu te Hina ma te Hau 'e te Tura

Eaha ra ia teie ?

E tuatäpapara'a i te Parau o Hina

Hina te Pö , Hina te Ao


Hina fa'auruva'a, 

Hina moe vai


Hina e o Maui

Hina potii


Hina ahu one

Hina no Vai'uriri


Hina Tü

Hina e a'a te Marama

Te iho mau  o Hina...


 Tapa'o aroha o Hina i To'a tea, te Tai 'anapa


Hoho'a , pehepehe: Vahine Heipua  



Par vaima - Publié dans : Parau Pa'ari
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mercredi 3 septembre 2008 3 03 /09 /Sep /2008 17:34

Hina promise à Fa’arava’ianu

Il y avait une fois une très belle princesse de Pape’uriri,

Vaipuna o Vai'Uriri

 Tahiti, du plus haut rang, et que ses protecteurs célestes, le Soleil et la Lune, avaient nommée Hina. Lorsqu’elle fut devenue une jeune femme très admirée pour sa beauté, des éclairs de lumière émanaient de son corps. Le Soleil et la Lune la marièrent au roi du Lac Vaihiria avant même qu’elle ne l’eût jamais vu.
Ce roi s’appelait Fa’arava’ianu et Hina , supposant que ce mariage était souhaitable, s’occupa joyeusement de tous les préparatifs de son mariage. Elle choisit pour demoiselle d’honneur deus amies d’enfance,
Varua et Teroro.

Lorsque le jour du mariage arriva, elles s’habillèrent de tapa blanc avec des guirlandes de maire entrelacées de fara rouge et de tiare blanc. La mariée portait comme insigne de haut rang un collier et une ceinture de ‘ura rouge et jaunes. Enfin la princesse partit accompagnée de ses serviteurs et de ses amis et se dirigea vers le lac Vaihiria au son du tambour et du vivo.

En arrivant à mi-chemin dans la vallée, elle aperçut, à sa profonde horreur,son époux qui venait à sa rencontre et qui n’était autre qu’une énorme anguille aussi large et longue que le tronc d’un grand cocotier ; tel était Fa’arava’ianu, roi du Lac Vaihiria à qui la belle Hina avait été promise .

Refus et fuite de Hina à Vaira’o

Terrorisée, la pauvre princesse se tourna vers ses parents, et leur dit : « Est-ce vraiment ainsi, o mes parents, Est-ce votre désir que je sois mariée à un monstre et non à un être humain ? Comme vous êtes cruels. »
Je vais donc me sauver moi-même.
Et aussitôt elle quitta la vallée et rentra chez elle. Les gens la voyant rentrer, lui demandèrent la cause de son retour et, lorsqu’ils l’apprirent, leur désespoir se joignit au sien.

«  Et maintenant, leur dit-elle, adieu, il faut que je me sauve. Si tout va bien je reviendrai et, en attendant, mes chers amis, je vous confie tout ce que j’ai de précieux. Si je vis, je reviendrai vivre parmi vous que j’aime tant ».
On lui prépara aussitôt une pirogue et, à la tombée de la nuit, Hina, accompagnée de fidèles serviteurs, partit pour Vaira’o, Taiarapu, pour se mettre sous la protection du grand Maui qui avait arrêté et réglé le soleil.


Hina demande la protection de Maui



  Fa'a'ana i Vairä'o
'Ai'a o Maui

En arrivant dans la grande île où il habitait, Hina fut reçu par la femme de Maui, ce dernier étant absent.
Peu de temps après il rentra et demanda à sa femme d’où provenaient ses éclairs de lumière qui illuminaient leur sombre demeure.
« C’est Hina à la ceinture ‘ura, lui répondit-elle,
Hina aux éclairs dans l’Est,
Hina fille du Soleil et de la Lune,
son vent est l’alizé du Nord-Est. »
 Maui s’approcha alors de la princesse et lui ayant souhaité la bienvenue lui dit : « O Hina, fille chérie de Mataiea, que puis-je faire pour vous ma princesse, »
«  O Maui s’écria-t-elle, sauvez-moi de ce monstre hideux, du roi de Vaihiria qui va venir ici pour me réclamer comme son épouse ! Ayez pitié de moi, regardez au  dehors,
quel est le vent qui souffle ?
Il est possédé,
l’obscurité s’étend sur le pays
et les vagues écumantes cachent l’océan au loin ! »
Et pendant que Hina racontait sa triste aventure, ils aperçurent l’anguille qui se frayait un passage dans le récif.


Confrontation de Maui et Tuna

Muriavai o Fa'a'ana i Vaira'o

Maui, horrifié, se hâta de placer ses deux dieux de pierre sur la falaise, aiguisa sa hache et prépara son hameçon ;
puis comme l’anguille s’approchait du rivage, il mit un appât tentateur sur l’hameçon et l’attacha avec des cheveux de Hina.
Aussitôt que l’anguille le vit, elle s’écria d’une voix de tonnerre: 
 " Maui, livre-moi mon épouse ! »
Et Maui jeta son hameçon dans la mer en criant 
:«  C’est moi Maui le brave, dans mon fief aucun roi ne peut m’échapper ; il deviendra de la nourriture pour mes dieux. »
L’anguille ayant vu l’appât ouvrit la gueule et l’avala avec l’hameçon. Maui la tira à terre et la décapita puis, ayant enveloppé la tête, dans un morceau de tapa, il la présenta à Hina en disant:


Recommandation de Maui à Hina


« Tenez bien ce paquet et ne le poser surtout pas à terre avant d’être arrivée chez vous, plantez-le alors au centre de l’enclos du marae. Cette tête d’anguille contient de grands trésors pour vous, vous en tirerez de quoi construire et achever votre maison, sans compter de quoi manger et boire. Mais n’oubliez pas mon avertissement afin de ne pas perdre ce précieux bien en le posant à terre avant d’arriver chez vous. C’est alors qu’on se souviendra de vous en tant que
Hina-vahine-e-‘anapa-te-uira-i-te-hiti’a-o-te-ra
. »


Oubli de Hina et naissance du cocotier


Hina prit donc le paquet qui était devenu léger par enchantement et, faisant partir sa pirogue en avant, elle décida de marcher un peu avec sa servante. Elles arrivèrent à un endroit nommé Paui ,

Pa'ui i Papeari

où se trouvait une rivière et s’arrêtèrent pour se désaltérer.
Ce faisant, Hina déposa sans y penser son paquet sur le sol puis décida de prendre un bain. Elle avait à peine plongé dans l’eau que l’avertissement de Maui lui revint à la mémoire.
Elle remonta en hâte sur la rive et là, à sa stupéfaction, constata que:
 le tapa enveloppant la tête s’était détaché et que la tête elle-même était fixée dans le sol et couverte de jeunes pousses ; elle était devenue un jeune cocotier !



Alors Hina comprit pourquoi Maui lui avait dit de ne la poser que dans son marae et elle pleura amèrement.
A ce moment apparu une femme du peuple appelée Ruroa qui demanda à Hina la cause de son chagrin et, après avoir écouté son récit, lui dit avec sympathie : » Ne soyez pas en peine, car cette terre nous appartient ; venez vivre avec nous, vous pourrez ainsi surveiller la croissance de votre arbre qui sera toujours votre propriété. »


Hina accepte l'hospitalité de Ruroa


Hina, réconfortée, accepta l’aimable invitation et, après avoir envoyé sa compagne jusqu’à sa pirogue pour dire à sa suite de rentrer, elle se confia à sa nouvelle amie qui l’installa très confortablement chez elle. Après avoir copieusement déjeuné, Hina se jeta sur une natte et s’endormit profondément.
En se réveillant vers le soir,


 elle entendit des voix non loin de la maison et vit deux beaux jeunes gens, fils de Ruroa qui revenaient de la pêche, et étaient en train de demander à leur mère quelle était la cause de ces éclairs qui sortaient de la maison.
Elle leur répondit 
: » C’est Hina, princesse de Pape’uriri et fille du Soleil et de
la Lune.
Ell
e possède un jeune cocotier qui est planté non loin d’ici
et elle demeure ici pour le surveiller jusqu’à sa maturité
. »


Hina anoblit les deux fils de Ruroa et la mère

Assez troublés, les deux jeunes gens restaient dehors, n’osant pénétrer dans la maison. Le plus jeune alla voir le nouvel arbre et le trouva portant de nombreuses noix ;



 il en prit une qu’il porta à son frère et à sa mère et, tandis que ceux-ci l’examinaient avec admiration, Hina, voulant mettre toute la famille à son aise, leur cria d’entrer.
Elle dit au frère aîné : » Vous devez être Mahana-e-‘anapa-i-te-po’i et vous, dit-elle, s’adressant au plus jeune, «  Vous devez être
Ava’e-e-hiti-i-te-ahiahi »
En leur donnant ces noms qu’autrefois les plébéiens n’auraient jamais osé prendre, elle les anoblit et par là même, anoblit la mère.
La belle et généreuse Hina ne tarda pas à se faire aimer de toute la famille et tout ce monde vivait heureux, se nourrissant de noix de coco qui faisaient l’admiration de toute la presqu’île de Tai’arapu.


Mariages de Hina et naissance de deux filles


Te anuanua i rotopu ia Vaira'o e o Vai'Uriri

Hina et Mahana-e-‘anapa-i-te-po’i s’éprirent l’un de l’autre et, de ce mariage, naquit une fille qu’ils appelèrent Te-‘ipo-te-marama.
Malheureusement le mari de Hina mourut peu de temps après.
Celle-ci épousa un peu plus tard le jeune frère qui lui rappelait son premier mari. De ce second mariage elle eut encore une fille qui fut appelée
Te-‘ipo-o-te-here.


Arrivée du cocotier à Anaa


Un jour que les deux enfants jouaient tenant chacun dans sa main une noix de coco mûre, les dieux se saisir d’eux et les placèrent sur un arc-en-ciel qui les porta  à Taka-horo dans l’île Anaa aux Tuamotus.
La plus jeune sœur constatant que sa noix ne contenait pas d’eau, la changea avec celle de sa sœur à son insu.
Mais ceci déplut aux Dieux qui firent tomber la noix de ses mains et l’emmenèrent dans les nuages d’où elle ne revint jamais.
 
C’est ainsi que Te-‘ipo-o-te-marama devint l’unique propriétaire du premier cocotier


 
qui poussa à Anaa et c’est de cette île que se répandirent tous les cocotiers dans tout l’archipel.
Ce premier arbre vécut, dominant tous les autres, jusqu’au cyclone du
8 Février 1906 qui le brisa en trois morceaux que la mer balaya
.


Résidences de Hina


Hina
vécut de longues et heureuses années avec son mari, vivant tantôt à Tai’arapu,


Te Ava o Tapua'eraha i Vaira'o

tantôt à Pape’uriri,

Te muriavai o Vai'Uriri, Motu Pu'uru, te ava o Rautirare
 
et ils eurent de nombreux enfants.


Tapaào manava i te muriavai o Vai'Uriri




T.H. Récit transmis par Mme Butteaud, née Gibson,
descendante de la légendaire Hina


Photos Heipua

 

Par vaima - Publié dans : Parau Pa'ari
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 26 août 2008 2 26 /08 /Août /2008 14:52

Hina

 

Vahine nehenehe maua o Hina

Ite hi’oraahia e au

Ti’a ’tu to tino (i) te faa i Vaite

Tupu a’e te aroha i reira

O Te Rae o Tupu mana'o noa ai

(i) te tino au vahine iti.

‘Ore noa ‘tu ‘oe (e) ‘apa ia ‘u

E 'apa ihoa taua

 

 

Ute no Mataiea

Par vaima - Publié dans : Parau Pa'ari
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 26 août 2008 2 26 /08 /Août /2008 13:13

Hymne aux Pléiades

 

 

Regarde comme elles montent, montent

 

Plus loin que le point ou le ciel rencontre la terre

 

Pléiades !

 

La ! Elles s'élèvent pour nous guider,

 

Pour nous conduire sans danger, pour nous garder unis

 

Pléiades !


Invocation à Matarii i ni'a 

 

 

Par vaima - Publié dans : Parau Pa'ari
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 24 août 2008 7 24 /08 /Août /2008 11:03

Faarava’ianuu

 

Ua here au i te iòa  tä te nünaa no Vaiùriri  i hö mai ,

No te  Nuu hoì au e,

Tei rotopü hoì au i te  Nuu.

 

O vau te iho o te pape
O vau tei taohia o Tane

 

Tei roto vau i te Täpau o te mau Raàu

Tei roto vau  i te Ua e maìri nei  mä te faahotu i te Fenua

Tei  roto vau i te Vai o te mau Puna

Tei roto vau i te mau Roimata e haamaitai nei i te Ao nei

Tei roto vau i te Tatea e faahotu nei i te vahine

Tei roto vau i te Mamari o te mau ià e ueue nei i te huero

Tei  roto vau i te Vai e tämä nei i te mau Varua hou te revaraa ,

Ia rere ratou i te hoê Puna Nui aè`.

 

O vau te Puna o te mau rohi pehe

O vau te Puna varua e haamäha i te hiaài

O te mau taata atoà e poihä nei .

 

Tei roto vau i te pape o to outou tino

E riro ai outou paatoà ei taeaè, ei tuahine,

 

Te Vai Ora a Tane 

Te Ara Fetià,

Te Vaiü o te ora

E haamehara nei i tà ù Haa 

E tarava o ia i roto i te raì

I te tau o Matarii i raro

Ei tapaò faaiteraa ia outou e,

Ua matara te ùputa o te Ite,

E inu rä i te Vai o to ù Puna

Ia î outou i tà ù mau haapiiraa.

Ia riro to ù Puna ei Vai

 No te taatoàraa e poiha nei.

 

O vau te papa o te mau ôroà faahoturaa

No te tö papaa a te nünaa Initia

No te ufi a te nunaa Taratoni tumu

O Tane hoi au io outou na

O Pane hoi au io te mau Hereni

O Otiri hoi au io te mau Aifiti

O Tirina hoi au io te mau Hinitu

E huna hoi au i to ù iòa

Ia òre o ia

 Ia riro ei faaroo.

 

Mai te ômuaraa iho te mau vahine e here ai ia ù

 E haamanaò hoi au i te iporaa e te  hoturaa .

Tei roto vau i te Vai e rapaàu

Tei roto vau i te Vai e tamä

Tei roto vau i te Vai e haamoà .

 

E rohi pehe hoì au.

No reira vau e parauhia ai e Puhi Tarià

No to ù faaroo.

I mutaa iho ra ,

 Ua faatano vau i te taatoàraa o te mau Vai o Tahiti .

  Te pape tatai tahi i to na  iho  taìraa,

Te taàtoàraa mä te himene au .

 

Ua riro nä Puna vai rau o Tahiti

Ei ùpaùpa faaòtoraa i ta ù mau taìraa tataì tahi,

Ei pü ôpereraa i ta ù mau faufaa tataì tahi

                                        

                                             Te taàtoàraa o te nünaa o Tahiti

Tei faatura i te pape e to na mau taìraa.

Te faatanotanora o te reira

 Tei riro mai ei Pehe

O ta ù i faaòto na ,

 O ta ù i faataì na mä te Au.

 

Ua tuàtiàti te nünaa

 I te reira mau taìraa pape.

   A hiti o Ra ,

A hiti o Hina

Te hopuhopu noa raa  te nünaa i te au o terä Pehe

 

 O Vavau to ù Ao
I reira to ù tanuraa i te Faufaa ora o te Faahoturaa

I faahuru ê hia e te taata

No  te haruraa fenua .

 

Tei roto vau i te Nuu

Tei rotopu vau i te Nuu

No te Nuu Vau

E Vai ai

 

 

O Tahiti Manahune, te ioa oTahiti i te tau i maìri

O Tahiti- i- te- nünaa - e - tomo- i- te- varua- o- te- mau- mea- atoà.

No roto mai te mau manahune i to outou nunaa

Vetahi o ratou tei tomo atu i roto i te varua o te pape,

 Ua riro ia ei  Vahine tetea

Vetahi tei tomo atu i roto i te varua o te moana,

 Ua riro ia ei Meherio.

 

 

Tei roto vau i te mau pape atoà

Te vai o te haari ta ù faturaa teitei roa aè i roto i te aru

 No te haamäharaa i te poiha o te Nuu

 

E aà te àva i ânoìhia i ta ù pape

Ia püpühia te àva i te fenua, e faahotu o ia i te fenua no te faaài i te Nuu

Ia püpühia te àva i te Moana, e faahotu o ia i te tai.

Ia inu te taata i te àva, e faahotu o ia i te  tino e te varua o te taata.

Te àva , e inu i faataahia  na te Nuu

O ta na e nehenehe  e rave ma te taù i to ù Faufaa Ora

 

 

Te Pua te tiare o te rua maoro , tapaò  no te àuhune .

                                   Ua riro te rauraa o to na mau û ei ata

O te puraraa o te Rä

 

Te Hinano, te pua o Hina- te - marama

Mai te hoturaa o te  âvaè ra

Te tau o to na ùaàraa.



Vahine Heipua
Vai Hinano
 

 

Par vaima - Publié dans : Parau Pa'ari
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Texte Libre


Hina moe vai
Tane 'iri 'anapa

'Arere
Ro'o 'arere ite reo iti pina'i

Ti'ati'a ve'a
'Ita'e 'uo e rere ite Ao marama

Ra'au hotu

E pua no'ano'a
E hinano 'uo

Catégories

Rechercher

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus